Fables Cachées

Préface

 

par Amalia Benevento

 

"Ouvrez vos bras pour tenir autant d'enfants, aimez-les et protégez-les comme s'ils étaient les vôtres!" - Audrey Hepburn

 

C'est un rêve qui m'a toujours accompagnée, étant donné mes trente ans d'engagement en tant que femme, mère et professeur de disciplines juridiques d'abord, puis de sciences humaines, et pendant plus d'une décennie de militantisme pour l'UNICEF, d'abord comme simple bénévole et, pendant près de deux décennies, comme présidente du comité de l'UNICEF à Avellino.

Un rêve devenu réalité pour la première fois, à l'été 2014, lors d'un événement organisé à la Certosa de Padula pour promouvoir la culture des droits de l'enfant, lorsque j'ai eu l'occasion de rencontrer, flanqué d’une amie particulière, Margherita Dini Ciacci, partenaire fondatrice d'UNICEF Italie, l'artiste Raffaella Corcione Sandoval.

À cette occasion, j'ai eu l’opportunité d'apprécier encore plus l'art clairvoyant de Raffaella qui, déjà à l'époque, en hommage à la terre d'origine de sa mère, a voulu diffuser un message de générosité créative, en faisant don à l'UNICEF Italie de l'époque de deux toiles représentant le fleuve Amazone et la forêt amazonienne. Après une représentation évocatrice au cours de laquelle les invités ont pu assister à la danse d'une créature éthérée représentant l'esprit des bois et des eaux, ils ont été invités à découper un morceau de la toile en souvenir des ravages qui se produisaient déjà à l'époque sur ces terres et à verser une contribution en argent, une sorte de "monnaie de larmes" pour lancer une collecte de fonds destinée à subventionner des initiatives caritatives en faveur des enfants les plus défavorisés, dont l'UNICEF s'occupe depuis plus de soixante-dix ans.

 

Depuis cette soirée, une belle amitié est née avec Raffaella qui, sous le signe commun de l'attention que chacun de nous doit à l'autre en tant que personne, a donné vie à une série d'activités parmi lesquelles j'aime me souvenir de la création de gadgets décorés de morceaux de ses précieuses toiles et qui a culminé avec la création d'une série numérotée de Pigotte spéciale (la pigotta est une poupée de chiffon - gadget, symbole de l'UNICEF ITALIE), dont les caractéristiques rappellent les enfants de l'Amazonie.

Ces gadgets ont reçu un nom très significatif, INLAKESH, qui est la salutation que ces personnes échangent lorsqu'elles se rencontrent, même si ce sont des étrangers, dont la signification : "Je suis un autre toi", j’ai toujours portée dans mon esprit et dans mon cœur.

 

Quelques années ont passé et ce rêve de pouvoir embrasser le plus grand nombre d'enfants, de les aimer et de les protéger se réalise à nouveau grâce à Raffaella Corcione Sandoval, devenue entre-temps deux fois grand-mère...

Sous cette nouvelle forme, Raffaella a, pour ainsi dire, naturellement mis en œuvre sa charge de tendresse envers les enfants et a choisi d'orienter sa production artistique vers les enfants, en écrivant et en illustrant "Les Fables Cachées" qui, malgré la modestie de ma personne, m'a fait l'honneur de présenter à ses futurs lecteurs.

Dans cette œuvre, Raffaella, en tant que peintre et sculpteur de renommée internationale connue du grand public adulte pour de nombreuses créations intenses et évocatrices dans lesquelles le sentiment de la nature s'est toujours mêlé à la réflexion sur le sens ultime de l'existence humaine, s'est doucement mise à la place du narrateur et de l'illustrateur.

Je peux affirmer en toute confiance que les six nouvelles, créées à l'origine pour le plaisir de ses petits-enfants et officiellement destinées aux plus jeunes, sont cependant absolument agréables et appréciées par les lecteurs de tous âges pour la profondeur et la poésie des thèmes abordés, allant de l'importance de la connaissance à la possibilité d'agir avec courage, de la redécouverte du sens ultime de la procréation à la réconciliation comme étape essentielle d'une existence pacifique.

Les valeurs de paix, d'harmonie et d'amour sont le leitmotiv de toute chose.

 

 

Chacune des histoires racontées par Raffaella contient un message, qui nous est présenté de temps en temps par un "mot - cadeau" différent qui représente une valeur à transmettre / redécouvrir à travers le passage permis par le jeu narratif pour les nouvelles générations et pas seulement eux. Ce passage se fait à travers les différents "moi" narratifs qui donnent la parole aux créatures les plus fragiles aux yeux enchantées, tout d'abord l'enfant migrant protagoniste du texte "Le Bougies de la Mer" qui, à travers son journal de voyage délicat et très personnel, rapproche le lecteur du thème de la fraternité universelle et de l'importance de la coopération internationale (personne ne peut se sauver!).

 

Il convient de mentionner tout particulièrement les nombreux animaux parlants qui sont les protagonistes des histoires suivantes, très souvent originaires d'Amazonie, comme dans "Le Fil Rouge Magique" ou dans le roman "Le Soleil à Pois" : Des personnages comme Toco et Chico (un toucan et un serpent de corail) ou Bavardage et Soleapois (un perroquet et une coccinelle peu commune) proposent de nouvelles dimensions d'amitié et de coopération entre des êtres différents, mais à travers le language de l'amour et du respect de "tous les autres toi" que vous pouvez rencontrer sur le chemin de l'existence, invitent à l'espoir, à la prévention de toute forme d'intimidation ou de prévarication.

 

Un autre thème récurrent de l'ensemble de l'ouvrage est le respect et la protection de l'écosystème, présent non seulement dans le roman "Le Soleil a Pois", mais aussi dans celui intitulé "La Perle Sacrée", où la découverte de la conscience de son propre potentiel individuel pour sauver la planète de la pollution joue un rôle fondamental.

 Enfin, dans le roman "La Planète Rose", il y a aussi l'appel au courage de faire revivre les anciennes traditions vers un scénario futuriste qui, personnellement, m'a suggéré une autre clé pour interpréter l'ensemble de l'œuvre (un aspect que, compte tenu de mon travail actuel et de mes engagements volontaires, m'a fait découvrir instinctivement): C'est la possibilité de lire les "Fables Cachées" comme un parcours éducatif, un voyage autour des droits fondamentaux de l'homme, suggéré sur un ton discret mais non moins évident dans la nécessité de leur réaffirmation, qui part de la responsabilité de chacun de vivre de manière cohérente son rôle éducatif.

 

Ce dernier effort de Raffaella est un cadeau pour ses petites-filles, mais il représente, non seulement métaphoriquement parlant, un cadeau pour les enfants du monde entier. En fait, mon amie m'a confié qu'elle a l'intention de faire don d'une partie des droits découlant de la vente de ce livre à l'UNICEF, à laquelle elle s'est toujours sentie liée.

 

Nous considérons généralement les enfants comme notre avenir : en fait, ils sont notre présent, car si nous nous occupons d'eux, cet avenir, s'il existe, sera différent et meilleur pour chacun d'entre nous ainsi que pour eux.

Tout dépendra de la manière dont nous voulons, même avec Raffaella qui l'a fait en pensant à ses petites-filles, le lire et le remanier aujourd'hui.

 La lecture partagée de ces livres à offrir à nos enfants, représente une occasion à ne pas manquer pour accueillir tous nos petits dans une étreinte qui a le goût des bons sentiments et étend, grâce au don fait, au plus grand nombre d'entre eux le droit à la santé, à la paix, à l'éducation et à la protection.

Postface

Didactique... en contes de fées, pour une pédagogie de l'inclusion

 

par Tonia De Giuseppe

 

Le texte "TABLES CACHÉES", à travers un excursus sur les complexités générées par l'échange entre les différences, les contextes sociaux et les approches relationnelles peu inclusives, met en évidence les paradoxes et les contradictions qui entravent la construction d'un monde dans lequel il est

"surmonter toute peur" et qui "transforme l'énergie [...] en la possibilité" d'"[...] harmonie universelle" (in <The Planet Rosa>).

La nécessité d'amorcer une métamorphose permanente de l'ouverture systémique inclusive est décrite au sens figuré dans les différents personnages comme la clé pour résoudre les risques potentiels de destruction qui sont corrélés aux modèles sociaux caractérisés par des formes de fermeture autoprotectrice pour sauvegarder les intérêts, les hégémonies et la suprématie.

"[...] une amitié qui transcendait toutes les différences [...]" (Dans Le Soleil à pois).

Par une valorisation des talents et des compétences, exprimée par des comportements visant à satisfaire les besoins, les personnages présentés dans le texte soulignent l'importance de communiquer

"[...] sans paroles" et voir [...] dans le coeur des autres" (in <The Planet Rosa>).

 

Par conséquent, l'importance d'acquérir une conscience des compétences empathiques est soulignée, afin de promouvoir le bien-être de soi chez les autres et dans le contexte proximal. Tout cela souligne le défi éducatif ancré dans la recherche stratégique du bonheur, liée à une gestion des émotions.

 

"Nous étions arrivés dans une nouvelle terre, où l'on parlait la langue du cœur ! [...]” (Dans les bougies de la mer).

L'auteur, transversalement dans les différentes histoires, nous fait expérimenter à travers ses personnages, elle nous fait vivre des processus formatifs de la vie, des stratégies expérientielles qui à partir des besoins individuels favorisent des formes de réalisation de soi, comme la capacité de mettre à la disposition du système le plus grand potentiel individuel.

"Même parmi ces créatures considérées comme inaccessibles et dangereuses, il y en a toujours une avec un cœur d'or" (Dans Il Sole un point à pois).

En effet, la conscience des conditionnements sociaux, de l'influence des différents contextes nous incite à activer des formes de sauvegarde des valeurs fondatrices d'une vie sociale qui contraste avec l'aplatissement des performances, l'accoutumance à l'exclusion et l'homologation.

"[...] vivre dans cette joie qui surmonte toute peur transforme l'énergie et donne place à de nouvelles possibilités [...] (Dans La Planète Rose).

 

Redécouvrir et cultiver ses propres valeurs permet d'améliorer les compétences individuelles, d'accroître la satisfaction et la productivité en les mettant à la disposition de la communauté.

"[...] un joyau de sagesse [...]" (Dans La Perle Sacrée).

 

 

Ainsi, chaque sacrifice est reconsidéré comme un instrument de médiation, afin d'éviter qu'un manque d'alignement entre les talents et les compétences ne génère une déconnexion entre les tâches effectuées et la contribution que nous pourrions apporter à la société et à nous-mêmes.

"...la Reine était trop occupée à protéger le quartier pour s'inquiéter des chatons perdus." (Dans Le Soleil à pois).

L'auteur souligne que les pensées, les perceptions et les croyances agissent comme des filtres et nous permettent d'interpréter ce que nous vivons. Par des voyages de sensibilisation, il est nécessaire

"[...] pour préparer l'essentiel à un mystérieux voyage dans l'inconnu [...] Dans les bougies de la mer).

sur ses propres convictions, il est possible de modifier les significations qui nuisent à nos actions, favorisant ainsi une amélioration de la satisfaction et des performances personnelles et collectives.

"Chacun de nous est responsable de l'autre" (In The Polka Dotted Sun)

 

L'importance de promouvoir des formes de communication empathique, ancrées dans l'intelligence émotionnelle, est soulignée, non seulement pour vivre une vie heureuse et satisfaisante, mais aussi pour favoriser des modèles organisationnels socio-contextuels de productivité et de leadership.

"[...] spécialisé dans le fait de parler comme les autres,

même s'ils étaient silencieux, ils se comprenaient parfaitement" (In The Polka Dotted Sun).

Dans Favole Nascoste (Fables cachées), la valeur sociale de l'expérimentation de la gestion des langages émotionnels est évidente, motivant l'activation d'actions prosociales sur la base de besoins émergents, pour soutenir et garantir une résilience saine et enracinée au service du bien commun.

"[...]mais j'étais moi-même un roi, mis au monde pour répandre l'amour, la foi et la fraternité [...] (Dans les chandelles de la mer).

Le leitmotiv de chaque histoire est représenté par l'importance accordée à la gestion de la résolution des différents conflits, intérieurs et contextuels, comme sauvegarde des systèmes, ce qui permet de poursuivre un but de vie selon les inclinations personnelles, mais dans une perspective globale et coopérative.

"Chacun de nous est responsable de l'autre" (In The Polka Dotted Sun).

Le texte représente un outil pédagogique-didactique utile, comme un artefact cognitif.

à travers lequel il est possible d'initier des chemins de conscience de soi, individuels et collectifs.

 

 

"[...] C'est une question d'intuition et de compréhension [...]" (Dans les chambres d'Ariane)

Les personnages, habilement esquissés par l'auteur, permettent d'entamer des parcours de propositions de vie expérientielles, en investissant dans des modèles d'éducation au bonheur et dans une réflexivité systématique positive entre soi et le contexte, pour promouvoir la gestion stratégique, avec des performances multitâches créatives, sensorielles, intuitives et innovantes, nécessaires dans la société postmoderne de la connaissance.

"Nous faisons partie d'un ensemble plus vaste et tout fonctionne dans l'unité jusqu'au plus petit détail [...]" Donc... se sentir séparé des autres est une illusion..." (Dans Le Soleil à pois).

C'est ainsi que "[...] l'Univers sera un lieu harmonieux [...] et "[...] meilleur" [...] sans peur" (Dans la planète rose).

 

 

Tonia De Giuseppe est titulaire d'un doctorat en sciences du langage, société, politique et éducation. : Corporéité, technologie et inclusion à l'Université de Salerne. Depuis 1990, il s'occupe de processus de formation et d'autonomisation avec des activités de planification stratégique, politico-socio-éducative sur des contextes territoriaux complexes. En particulier, depuis 1998, il a participé à des études multidisciplinaires et transdisciplinaires pour la réalisation de systèmes interculturels d'inclusion, pour lesquelles il a reçu une reconnaissance nationale et internationale du mérite.

Il a occupé des fonctions de responsabilité, de formation, de conception et d'évaluation pour des organismes publics, la Région Campanie, des organisations internationales, gouvernementales et non gouvernementales de coopération et d'éducation au développement.

Il s'occupe de recherche pédagogique et de pédagogie inclusive pour laquelle il a acquis le CERTIFICAT DE FORMATION INSTITUTIONNELLE COLLABORATIVE (PROGRAMME CITI) ID 36654827 Recherche sur des sujets humains.

-Membres de l'Institut international d'informatique et de systémique (IIIS). ID 442868, DU 28 JANVIER 2020 Tuteur organisateur au Département des sciences humaines, philosophiques et de l'éducation de l'Université de Salerne (C.d.L. in Scienze della Formazione Primaria- LM85 Bis), à partir de l'année scolaire 2017/18.

Lauréat du concours public, réservé au personnel enseignant et aux cadres en service, art. 11 alinéa 2 du décret ministériel du 10/09/2010, n. 249. Enseignant pour une durée indéterminée, lauréat de l'avis de concours public pour les examens DALL' A.S. 1991/1992. Qualifié pour enseigner dans l'enseignement secondaire Disciplines : philosophie, psychologie et sciences de l'éducation (a036-pas - philosophie, psychologie et sciences de l'éducation) d.m.249/2010 Département des sciences humaines, philosophiques et de la formation de l'Université de Salerne-16/7/2014

Gregory Bishop, 12 ans, Indianapolis, Indiana, USA

Hagia Sophia Classical Academy

Classe de littérature


"Je pense que ce conte de fées aurait un effet positif important sur les jeunes enfants, car il embrasse la diversité et élimine tout préjugé dès le plus jeune âge. Il enseigne que même ceux qui sont différents de vous peuvent avoir un bon effet sur le monde. Son intrigue est très attachante et mémorable, ce qui permet de ne pas oublier la morale de l'histoire et l'histoire elle-même. Cette histoire aborde très bien, à mon avis, l'une des morales les plus difficiles à communiquer."